Chapitre 5 : Dans la Résistance

Mars 1941 : Regagne son domicile parisien.
Au 26 rue Vavin, Paris 6°, un appartement de 450 m² qu’il loue depuis 1933 dans un immeuble original à gradins construit en 1912 par l’architecte Henri Sauvage. Cet appartement, dont certaines pièces occupent deux niveaux, est en lui-même une véritable curiosité.

rue Vavin 

Travaille dans une société de courtage d’assurance (SGCA) et une société métallurgique (Forges de Strasbourg et leur filiale marocaine Strafor-Maroc).
1942 : Sous couvert d’activités commerciales, il établit un certain nombre de contacts avec des personnes dont il présume l’esprit résistant. Il crée, par degrés, un embryon d’état-major avec le diplomate Jean Daridan (dit Bachelier) et Bernard Cornut-Gentille qui donnera sa démission de sous-préfet de Reims le 16 mai 1943.
Il prend le pseudonyme de Baudouin ou Beaudouin, et parfois Géronte.
Il effectue quatre voyages à Casablanca et à Alger où il rencontre des membres de la France Libre basés en Angleterre. Son dernier voyage à Alger se termine le 1° novembre 1942, neuf jours avant le débarquement des alliés. Pendant plusieurs mois de cette année 1942, il échange des messages secrets avec André Philip, Commissaire à l’Intérieur du gouvernement français en exil, pour participer à la rédaction d’une ordonnance réorganisant, à la Libération, l’administration de la Ville de Paris.
Cette ordonnance n°2 relative au régime administratif de la Ville de Paris et de la région parisienne est signée par De Gaulle le 20 janvier 1943. En voici le texte :

Ce même jour 20 janvier 1943, De Gaulle signe un décret nommant Émile Bollaert Préfet de Police.
Fin janvier 1943 :
Il reçoit un mot de Pierre Brossolette, un journaliste devenu l’adjoint du colonel Dewavrin (le colonel Passy dirigeant le BCRA, services secrets de la France Libre) et porte-parole de la France Libre au micro de la BBC, qui désire le voir.
Brossolette lui remet une copie du décret du 20 janvier 1943.
Émile Bollaert rencontre Brossolette à plusieurs reprises ainsi que Jean Moulin (Max), Jacques Bingen et Claude Bouchinet-Serreulles venant du BCRA et adjoints de Jean Moulin.
Il demeure à Paris, se déplace souvent en province, mais ne va à Lyon qu’en cas de nécessité absolue, car dans cette ville il est trop connu.
21 juin 1943 : Jean Moulin, ancien préfet d’Eure-et-Loir, délégué général de De Gaulle en France occupée (depuis le 10 janvier 1942) et président-fondateur du Conseil National de la Résistance (depuis le 27 mai 1943) est arrêté par la Gestapo. Il mourra le 8 juillet 1943 des suites de la torture.
Il incombe au général De Gaulle de désigner un nouveau représentant auprès du CNR. Brossolette postule pour ce poste. Sa candidature n’est pas retenue par De Gaulle, car Brossolette ne partageait pas les opinions de Jean Moulin et leurs disputes étaient notoires.
1° septembre 1943 : Les généraux De Gaulle et Giraud signent un décret nommant Émile Bollaert représentant du Comité Français de la Libération Nationale auprès du Conseil National de la Résistance.

Emile Bollaert: décret du 1er septembre 1943 signé par De Gaulle et Giraud

Début septembre 1943 :  Le CNR doit élire son nouveau président. Émile Bollaert n’est pas candidat, car il estime, comme le comité d’Alger, que le cumul de cette présidence avec la fonction de délégué général présenterait trop d’inconvénients. C’est donc Georges Bidault, du mouvement Combat, qui est élu.
A la mi-septembre 1943 : André Philip lui envoie une copie du décret du 1° septembre 1943, ainsi qu’une lettre précisant qu’il a autorité sur tous les agents, civils et militaires, des services du Comité de Libération Nationale. Les directives précédemment envoyées à Jean Moulin (Rex) restent intégralement valables. Pierre Brossolette (Pedro) est chargé de faciliter les premiers contacts, puis de se consacrer à sa tâche particulière d’information et de radio.

Quelque temps plus tard, cette lettre est suivie d’une « Directive pour Beaudoin » d’André Philip qui apporte quelques précisions complémentaires : Les directives envoyées à Jean Moulin (Rex) restent intégralement valables. Les fonctions jadis attribuées à Jean Moulin sont réparties entre Émile Bollaert et les représentants des services centraux dans les quatre zones. Mais Émile Bollaert a autorité sur les représentants dans les quatre zones. Un point est très clair : Émile Bollaert reçoit les fonds et décide de leur répartition.

Courant septembre 1943 : il organise sa petite équipe composée de :
– Pierre Brossolette qui a été parachuté près d’Angoulême le 19 septembre 1943 et lui a apporté une copie du décret du 1° septembre 1943, ainsi que la lettre de transmission d’André Philip,
– Jean Daridan,
– Bernard Cornut-Gentille,
– Claude Bouchinet-Serreulles et Jacques Bingen.

Il prend contact avec les différents mouvements de résistance :
– l’Organisation Civile et Militaire (OCM) dirigé par Maxime Blocq-Mascart,
– le groupe Combat dont un dirigeant est Pierre Dejussieu (Pontcarral), un des fondateurs des Forces Françaises de l’Intérieur (FFI),
– le Groupe « Ceux de la Résistance » dont le dirigeant pour l’Est de la France est Gilbert Grandval,
– et beaucoup d’autres …
Les différents mouvements de Résistance ne s’entendent pas, et la création du CNR par Jean Moulin fut une véritable prouesse. Les communistes, qui ne sont entrés en Résistance qu’après le 22 juin 1941 (rupture du pacte germano-soviétique du 23 août 1939), ne cachent pas leur intention de prendre le pouvoir après la Libération.  Leurs formations militaires, les Francs-Tireurs et Partisans (FTP) ne coopèrent pas avec les autres formations militaires, les Forces Françaises de l’Intérieur (FFI). Les FTP multiplient les attentats contre les soldats et officiers allemands, ce qui entraîne de très graves représailles des forces d’occupation sur la population civile. La France Libre demande aux communistes d’arrêter ces attentats, mais les FTP font la sourde oreille. Au contraire, ils glorifient les auteurs d’attentats en les proclamant héros et martyrs, comme le colonel Fabien. Parmi les nombreux problèmes rencontrés par les dirigeants de la France Libre, figure donc la question : Faut-il donner des armes aux FTP ?
8 octobre 1943 : Il demande à André Philip des précisions sur l’orientation du Comité Libération Nationale sur des points précis. Voici le texte de sa note :

Fin octobre 1943 : André Philip répond à Baudoin en lui adressant une note, non signée et non datée, sur la réorganisation de l’administration en Corse.
La libération de la Corse (opération Vésuve) a été organisée par Giraud en accord avec les Américains, à l’insu de De Gaulle.
Ce dernier reprochera plus tard à Giraud de s’être trop appuyé sur les communistes : les maquisards FTP et le parti du Front National de Libération de la Corse dirigé par Arthur Giovani.
La libération de la Corse a débuté le 8 septembre 1943. De Gaulle a nommé un nouveau préfet Charles Luizet le 14 septembre. Les dernières troupes allemandes repliées à Bastia se sont rendues le 4 octobre. De Gaulle est venu à Ajaccio du 8 au 10 octobre. Rétablir en Corse les institutions républicaines est un exercice périlleux, alors que la population détient 10.000 mitraillettes. Voici le texte de la note d’André Philip :

Début novembre 1943 : Après avoir rencontré la plupart des dirigeants des mouvements de Résistance, il fait le point de la situation dans un rapport qu’il envoie au général De Gaulle et à André Philip.


Courant novembre 1943 :
Constatant que sa correspondance avec De Gaulle suit un cheminement très compliqué, que trop de gens sont au courant de cette correspondance et que certains n’hésitent pas à la modifier (même le BCRA !), il décide d’aller voir De Gaulle pour entendre de vive voix ses instructions pour la Libération, espérée début printemps 1944. Ce voyage est prévu pour la lune de décembre.
Fin décembre 1943 : La Gestapo le recherche et, au milieu d’une nuit de décembre, perquisitionne dans son appartement, sans succès.
Se sachant recherché, il n’habite plus chez lui. Mais il vient, de temps à autre, prendre un repas en famille. Ainsi, quelques heures avant cette perquisition, il était venu dîner, mais sans rester coucher. Après la perquisition, il n’est plus revenu.
Décembre 1943 – janvier 1944 : Tente à deux reprises, avec Brossolette, de gagner l’Angleterre par avion : à Cuiseaux (Saône et Loire) en décembre, puis près d’Azay-le-Rideau en janvier. Les avions espérés ne viennent pas en raison du mauvais temps.
2 février 1944 : Fait naufrage à Plogoff (Finistère) sur une pinasse de 14 mètres « le Jouet des Flots » en tentant, avec Brossolette et le lieutenant de vaisseau Le Hénaff, de rejoindre l’Angleterre, puis Alger. Le bateau avait été retenu pour rapatrier douze aviateurs britanniques, canadiens et américains dont les appareils avaient été abattus en France. Emportant au total une vingt cinq passagers, il devait rencontrer au large de l’île de Sein une vedette de la Royal Navy. En panne de moteur, il s’écrase sur les rochers. Émile Bollaert ne sait pas nager et regagne le rivage, s’appuyant sur le mât brisé et couché à l’horizontale.

Le Jouet des Flots
Le Jouet des Flots


3 février 1944
: Arrêté avec Brossolette par les Allemands à Audierne (Finistère). Incarcéré avec Brossolette à Quimper puis à Rennes. Brossolette prétend alors s’appeler Boudet-Bernier tandis que Bollaert déclare sa véritable identité et son activité d’agent d’assurance.
Claude Bouchinet-Serreulles et Jacques Bingen assurent l’intérim d’Émile Bollaert jusqu’à ce que, fin mars 1944, De Gaulle nomme Alexandre Parodi délégué général du Comité Français de la Libération Nationale auprès du Conseil National de la Résistance.
16 mars 1944 : Brossolette est identifié par la Gestapo de Rennes.
Le 15 mars, la Gestapo avait intercepté, sur la frontière espagnole, un message (non codé !) de la Résistance racontant le naufrage du Jouet des Flots, indiquant le vrai nom des passagers et leur lieu de détention.
19 mars 1944 : Alerté, un haut responsable de la Gestapo, Ernst Misselwitz, vient spécialement de Paris et procède personnellement à leur transfert en voiture à la prison de Fresnes (Val de Marne).
Avant-guerre, il travaillait au consulat d’Allemagne à Lyon. Cette ville était d’ailleurs de 1934 à 1940 un centre d’espionnage allemand. Autour du consul gravitait un essaim de membres de la Gestapo, plus ou moins camouflés, établissant des contacts avec un certain nombre de français et établissant un plan d’invasion. Misselwitz sera arrêté en octobre 1945, au nord-ouest de Berlin, par les services secrets français qui l’utiliseront comme indicateur du début 1946 jusqu’en 1949, ce qui soulèvera l’indignation de Serge et Beate Karlsfeld dans un article du journal Le Monde du 25 août 1983. La dernière partie de sa vie restera inconnue.
L’activité de Brossolette est bien connue de la Gestapo, mais celle-ci soupçonne seulement Bollaert d’une activité de résistant, sans savoir laquelle. C’est ainsi qu’ils demandent à Bollaert s’il connaît Bidault ou Baudouin !
22 mars 1944 : Bollaert et Brossolette sont conduits à Paris, 84 avenue Foch, pour un interrogatoire sous la torture. Brossolette se suicide en se jetant par la fenêtre du 5° étage pendant la pause-déjeuner des Allemands.
mars-août 1944 : Misselwitz convoque à plusieurs reprises madame Bollaert, mais elle ne peut lui répondre, car elle ne sait rien des activités de son mari. Il lui refuse de voir son mari à Fresnes, mais l’autorise à lui transmettre de la nourriture à condition que celle-ci soit contenue dans des emballages transparents. A l’époque, il est bien difficile de trouver des boîtes en celluloïd. Quand elle s’inquiète des conditions de détention de son mari, il lui répond : « Il est bien mieux ici qu’en Allemagne ».
15 août 1944 : déporté en Allemagne par le dernier convoi parti de France.

(mis à jour en septembre 2021)
-> Chapitre 6 : La déportation